1747 ? Sans doute une des plus belles définitions du temps !

Le grand mage pose alors la question :

 

« Quelle est de toutes les choses du monde
la plus longue et la plus courte,
la plus prompte et la plus lente,
la plus divisible et la plus étendue,
la plus négligée et la plus regrettée,Toscane Italie
sans qui rien ne peut se faire,
qui dévore tout ce qui est grand ? »

Zadig dit que c’était le temps !

« Rien n’est plus long, ajouta-t-il, puisqu’il est la mesure de l’éternité;
rien n’est plus court, puisqu’il manque à tous nos projets;
rien n’est plus lent pour qui attend;
rien de plus rapide pour qui jouit;
il s’étend jusqu’à l’infini en grand;
il se divise jusqu’à l’infini en petit;
tous les hommes le négligent,
tous en regrettent la perte, rien ne se fait sans lui,
il fait oublier tout ce qui est indigne à la postérité,
et il immortalise les grandes choses. »

Voltaire ( 1694-1778) a écrit Zadig en 1747.

Et vous, comment définiriez-vous le temps à l’époque de l’instantanéité ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *