Apprendre à « aimer malgré » : le pardon en 7 points importants

À toutes celles et ceux à qui j’ai pu faire du mal…

À toutes celles et ceux qui n’arrivent pas à pardonner et à toutes celles et ceux qui ont traversé nos vies… 

pardon

Nous étions amis. Nous étions amants. Nous étions amoureux. Nous étions de la famille. Nous étions liés vous et moi. Nous nous aimions et c’était vrai, mais la vie étant ce qu’elle est, nous ne nous aimons plus maintenant, aussi absurde que cela puisse être, c’est la triste réalité.

1- Nous ne nous aimons plus, pour mille et une raisons et parfois d’ailleurs pour aucune.

Nous devenons un peu plus chaque jour des inconnus qui cumulent les anecdotes sans l’autre. Nous nous faisons de nouveaux amis, nous réalisons de nouveaux défis, on vit une montagne russe d’émotions, mais nous ne sommes plus là, ensemble, pour se le partager comme avant. Le deuil est bien vif, car l’amour n’est plus, du moins, c’est ce que l’on cherche à se faire croire pour avoir moins mal, mais pouvons-nous réellement arrêter d’aimer complètement? J’en doute…

La vie n’est que mouvance. On se croise, on se heurte, on s’aime, on se déteste, on se pardonne, on s’oublie, on se remémore, on est pris de nostalgie…

 

2- Les relations traversent notre vie et chacune d’elles nous marque à jamais.

On s’habite, on bâti ensemble et parfois on se déconstruits. Heureusement, avec un peu de temps, on trouve la force de se reconstruire avec ou sans l’autre…

Aujourd’hui, j’ai eu un élan d’amour pour vous tous qui avez quitté ma vie : amis, amoureux, amants, connaissances, collègues. J’ai eu envie de vous écrire à vous que j’ai aimé et que j’aime encore malgré le temps qui passe, malgré les remous et les explosions qu’il y a pu y avoir entre nous. J’ai envie de vous dire que vous me manquez même si je sais que de nous revoir ne nous apporterait rien de bon en ce moment, même si je sais que rien n’a changé.

J’aurais souhaité que nos chemins se soient croisés différemment pour que l’on puisse encore marcher ensemble à ce jour. J’aimerais pouvoir encore vous consoler, vous prendre dans mes bras et vous accompagner sur votre chemin de vie dans les moments difficiles comme nous le faisions avec sincérité avant, mais notre lien ne nous le permet plus.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous dire que j’ai décidé d’accueillir et d’accepter tout ce qui n’avait pas de sens entre nous en vous pardonnant, malgré l’incompréhension qui s’empare de nous sur le moment et malgré toutes les émotions négatives qui rongent l’affection que l’on se porte…

 

3- Au-delà de toutes nos histoires tumultueuses et nos grandes déceptions, il ne reste que l’amour, celui qui traverse le temps et les orages, celui qui décèle toujours dans la noirceur une lueur d’espoir, une parcelle d’humanité bien plus profonde et bien plus importante que nos prises de becs, nos egos et nos vieilles histoires toutes effritées.
Je veux vous dire que je vous aime, encore et pour toujours, parce que sans cet amour profond pour vous, je ne me serais jamais arrêtée à vous connaitre et vous dire que je vous aimais. Un cadeau, c’est pour la vie et mon amour je vous l’ai offert, pour le meilleur et pour le pire.

 

4- Je nous pardonne.

 

pardon2

 

5- Je nous aime.

Malgré nos défauts et nos erreurs, malgré les larmes versées et la rancœur. Je nous souhaite d’avoir la force d’accueillir l’avenir doucement sans laisser le passé nous aigrir parce que cela ne sert strictement à rien. Je veux cultiver la force de vous aimer, toujours et sans conditions, pour que vous trouviez en mon pardon et en vous la force de guérir ces blessures avec lesquelles on s’est écorchés. Nos collisions ne sont que des cris du cœur et nos conflits ne sont que des reflets sombres de nous-mêmes. Nous avons tellement à apprendre les uns des autres. Soyons reconnaissants de nous rencontrer et d’avancer ensemble, mais surtout aimons-nous bien au-delà de nos gestes et nos mots. Aimons-nous dans l’espoir d’un monde meilleur. Aimons-nous pour échanger nos forces et nos faiblesses dans le souci de grandir ensemble et non en nous tenant rancœur de ne pas avancer au même rythme, de la même façon et dans la même direction. À chacun son niveau de conscience, à chacun ses blessures, à chacun ses limites, à chacun ses choix…

 

6-Pourquoi ne pas souhaiter le meilleur à ceux qui nous ont offert le pire, ce sont eux qui en ont le plus besoin.

Sans pour autant nous mettre en déséquilibre et en danger, sans pour autant renouer, aimons-nous avec bienveillance et envoyons dans l’univers un amour inconditionnel envers autrui afin de propager l’idée que chacun a le droit au pardon, au bonheur et à l’émancipation.

Au final, derrière ce qui nous déplaît tant en l’autre se cache, malgré tout, de la beauté et de la bonté qu’il faut savoir reconnaître avec humilité et tendresse pour réellement trouver la paix dans son propre cœur. Prenons le temps de nous pardonner. Prenons le temps d’accepter ce qui nous a éloignés et de voir ce qu’il en reste: l’humanité…Tenons-nous la main, symboliquement, pour donner un sens à ces mots si puissants que nous nous sommes dit un jour : « Je t’aime. »

N.B. Ce texte ne soutient pas que nous devons tolérer l’intolérable et apprécier l’inacceptable. Il soutient plutôt que chacun mérite d’être aimé, même ceux qui sont difficiles à aimer! Sans garder des gens toxiques dans notre vie, on peut à tout le moins, leur envoyer de l’amour en souhaitant qu’ils trouvent eux aussi la paix dans leur cœur, car n’est-ce pas ce dont il manque au fond? Puis, n’est-ce pas réellement ce que nous souhaitons tous : la paix dans le monde, la paix dans nos coeurs?

 

7- AIMER « malgré » est la phase ultime du pardon selon moi et je nous souhaite à tous d’atteindre ce degré humanité.

Et un jour peut-être aurons-nous le courage de nous serrer dans nos bras une dernière fois pour clore la relation sur une note positive et pour nous dire avec coeur: « Je te pardonne ».  Sans oublier. Sans banaliser. Sans nous bafouer. Sans attentes. Simplement avec humanité et légèreté dans le but de se libérer de cette ancre de peine qui noie notre coeur.

Merci à Mademoiselle Mimy qui a écrit ce texte sur le blog de www.lasolutionestenvous.com

pardon 3

27 réponses à “Apprendre à « aimer malgré » : le pardon en 7 points importants”

  1. PEYRE dit :

    Joli texte, belle écriture un beau message. Que chacun de nous puisse « la renaissance » … et accueillir l’amour inconditionnel…

    Merci pour ce partage

    Belles fêtes de fin d’année
    Marie-Hélène

    • Merci Marie-Hélène pour votre contribution. En toute franchise, quand je l’ai lu, je me suis dit que j’étais directement concerné… et que cela me ferait du bien aussi… et oui… curieusement j’ai pardonné et je me sens tellement mieux… Belles Fêtes de fin d’année MArie Hélène… Pierre YVes

  2. Djoumana mimiya dit :

    Bonsoir Monsieur LAGNEAU

    Je vous remercie beaucoup de m’avoir envoyée ce courriel. Je crois qu’il vient au bon moment! J’ai beaucoup apprécié le texte.Merci. Je pense qu’avec l’âge, je suis devenue moins rancunière, plus compréhensive, tolérable et indulgente mais.. pour le moment, je ne peux souhaiter le meilleur pour celui qui m’a offert le pire, pour celui avec qui j’ai vécu une relation toxique, pour celui qui a ciblé mes points forts et a failli me briser. Je sais qu’il souffre en silence et il a toujours souffert (il me le disait souvent) , qu’au fond, il est triste , n’est pas en paix et en perpétuel combat avec lui-même mais ..je ne peux pas car ma blessure est toujours là et elle se cicatrise difficilement. Peut-être qu’un jour je pourrai le remercier de m’avoir, à travers cette douloureuse expérience, ouvert les yeux sur beaucoup de choses , et de m’avoir rendue très forte, Friedrich Nietzsche l’a si bien dit: » ce qui ne me tue pas, me rend plus fort ».
    Merci pour vos souhaits de bonne année 2015. Bonne année à vous aussi. Puisse-t-elle être une année de paix , sérénité et Pardon pour MOI et pour nous tous!!
    Djoumana Mimiya

    • BOnsoir et merci pour votre très beau témoignage… C’est très touchant… NOus pouvons en tous les cas essayer de discerner la personne de ses actes…. Ce sont ses actes qui sont répréhensibles… peut être pas la personne… En tous les cas il semblerait qu’après une très dure épreuve, nous recvions un « cadeau de la vie » … Qui peut en témoigner ?
      Merci à vous et passez de bonnes Fêtes
      Pierre Yves

    • Merci pour votre témoignage et pardon d’avoir loupé ma réponse, j’ai du faire une fausse manipulation. C’est effectivement une situation difficile que vous vivez aujourd’hui. Il est important de ne pas trop « charger la mule » (une de mes expressions favorites !) . Cela veut dire que il est important que vous ne soyez pas trop exigeante envers vous même…vous vivez une forme de deuil… et le pardon ne peut être possible, à mon sens, que lorsque ce deuil est terminé et que vous êtes passée par toutes les étapes. Et puis le l^cher prise c’est aussi accepter que l’on ne peut pas individuellement sauver le monde entier…. !!! Faisons comme le colobri dans la forêt incendiée, faisons notre part et ce sera déjà beaucoup. Je vous souhaite chaleureusement de très belles Fêtes.
      Pierre Yves

  3. Envoyé par Véronique NOEL via LinkedIn :

    « Je l’ai reçu par mail et j’ai trouvé cela très beau.
    En ce qui me concerne pas de renaissance par le pardon, c’est très loin, personne toxique donc j’ai laissé ce passé loin.
    Mais, il est vrai que c’est un moment idéal pour recouvrer une paix avec une personne que l’on a aimé, avec qui on a partagé une partie de sa vie, des moments de complicité, des moments d’amitié, c’est important l’Amitié aussi.
    Le pardon c’est reconnaître que nous aussi nous ne sommes pas parfait.
    C’est à chacun de se connaître, et surtout le dialogue est très important.
    Chaque d’entre nous fait des erreurs, des erreurs qui quelques fois nous font prendre conscience que l’on peut perdre l’autre, que l’on a été trop loin, qui nous et que nous n’avons pas pardonné à l’autre Son Erreur…
    La vie est une grande école, on en apprend tous les jours et aimer c’est pardonner, c’est un cours très long, très très long, qui dure toute sa vie ! »

  4. Encore une fois Véronique mille mercis pour vos témoignages et très chaleureuses Fêtes de fin d’année !
    Pierre Yves

  5. Bruno dit :

    … car AIMER , c’est apprendre à connaître par coeur!

  6. Envoyé par Sandrine LECORNEY via LinkedIn :

    « Si seulement c’était aussi facile ! »

  7. Ce n’est pas facile Sandrine, je suis d’accord avec vous…. c’est tout aussi difficile pour moi…le changement ne se fait pas dans la soie??, Le dépassement de soi ne se fait pas sans effort… sinon où serait la victoire sur soi ? La satisfaction d’avoir réussi quelque chose de difficile ? Ne cherchez pas à gravir la montagne d’un seul coup… c’est le premier pas qui compte..; L’aide va venir au fur et à mesure que vous aurez décider d’avancer. Belles Fêtes à vous !
    Pierre YVes

  8. Envoyé par Frédéric BASSAN via LinkedIn :

    « Pardonner, ça soulage. Une angoisse de moins. Une rancœur de moins. Cela fait du bien au cœur et à l’esprit. Mais finalement, on pardonne par amour pour l’Autre ou l’on pardonne parce que cela nous fait du bien ? Pardonner, un acte égoïste ? »

  9. Merci Frédéric . Ne dit-on pas « Charité bien ordonnée commence par soi-même . Ceux qui ont du mal à pardonner sont peut être ceux qui ont le plus de mal à s’aimer eux même . Qu’en dites vous ?
    Belles Fêtes à vous !
    Pierre Yves

  10. Envoyé par Leila ARJOUNI via LinkedIn :

    « Merci pour ces partages qui me sensibilisent.
    L’unique voie de la quiétude, de l’apaisement, de la sérénité est sans aucun doute la voie du pardon.
    Notre propre mort nous amène souvent à réfléchir à trouver cette force en soi.
    Une façon de se libérer de ses tourments, de ses inquiétudes, une façon aussi de retrouver une quiétude totale.
    Pardonner des actes, des mots, requiert d’une maîtrise totale de sa personne, c’est la seule voie pour être pleinement heureux.
    Car Pardonner c’est atteindre les voies du Bonheur. »

  11. Merci Leila pour cette ouverture de coeur…et cette lumière complémentaire… Belles Fêtes à vous
    Pierre Yves

  12. Envoyé par Claude FRUCHARD via LinkedIn :

    « Je ne sais si c’est la proximité de Noël, mais vous me rappelez un barbu crucifié il y a 2000 ans et qui appelait à « aimer son prochain comme soi-même », sachant qu’aimer son prochain comme soi-même, c’est apprendre à faire la distinction entre la personne et ses actes et parvenir ainsi à la source du pardon. C’est ce qu’il nous avait montré à l’occasion de l’histoire de la « femme adultère ». La chute de l’histoire est significative : « …Jésus lui dit : Femme, où sont ceux qui t’accusaient ? Personne ne t’a-t-il condamnée ? Elle répondit : Non, Seigneur. Et Jésus lui dit : Je ne te condamne pas non plus, va, et ne pèche plus. »
    Ceux qui voulaient lapider cette femme s’étaient tous défilés à l’invitation : « Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle ».
    Lapider, c’est identifier la personne à ses actes et il n’y a pas de place pour le pardon.
    Dire « Je ne te condamne pas », c’est aimer la personne, et ajouter « ne pèche plus » c’est qualifier l’acte sans disqualifier la personne.
    N’est-ce pas ce que font tous les parents du monde, qui aiment leurs enfants et peuvent aussi les réprimander et leur pardonner ? Et n’est-ce pas ce qui devrait irriguer la vie quotidienne au travail et animer tous les managers ? »

  13. Merci Claude pour ce chaleureux témoignange et cette profonde réflexion… Que cela me fait du bien !!! Voilà un joli cadeau que vous nous faites… Il n ‘y a rien à faire… donner pour recvoir… quand on en comprend la signification… est une belle preuve de partage… Merci à vous et très Belles Fêtes !!!

    Pierre Yves

  14. […] Le pardon… comment faire pour pardonner avec cette violence, cette agressivité, ce remords qui est en nous  […]

  15. Envoyé par Virginie LEFRANC via LinkedIn :

    « Le pardon est un cheminement personnel. Il est propre à chacun. Pour pardonner, le pardon doit avoir un sens pour soi. Dans le cheminement, il est salutaire de se rappeler que chacun fait avec les moyens qui sont les siens. Que les événements ou situations dont nous avons souffert n’étaient pas forcément tournés contre nous, en tant qu’individu, tel que nous sommes, mais contre ce que nous avons représenté, à un moment donné, pour la personne qui est à l’origine de la souffrance. Ce ne sont que des pistes, à explorer en fonction de chaque histoire. Que nous pardonnions ou pas ne doit être soumis à aucun jugement, l’important est d’être en paix avec son choix. »

  16. Encre merci Virginie pour cet éclairage… vous ouvrez des portes que je n’avais pas encore ouvertes….
    Pierre Yves

  17. Djoumana mimiya dit :

    Bonsoir
    Merci de me donner votre avis sur le commentaire que j’ai envoyé le 21 décembre car je ne le retrouve pas.

    Djoumana Mimiya

  18. Brigitte dit :

    Par Donner= Part d’ Aimer. Merci pour ce beau Part ‘ age inspirant. Je suis adepte d’ Ho Oponopono qui fait des merveilles de Re Liance….

  19. Envoyé par Brigette FUMAGALLI :

    « Par Donner = Part d’ Aimer. Merci pour ce beau Part ‘ age inspirant.
    Je suis adepte d’ Ho Oponopono qui fait des merveilles de Re Liance….
    Hoʻoponopono: « rétablir l’équilibre » LES 4 PAROLES QUI GUÉRISSENT:
    Je suis désolé(e), Pardonne -moi, Je t’aime, Merci.
    A prononcer envers une situation, une personne, envers l’ Univers, et avant tout envers Soi Même: Je suis désolé(e), Je me Pardonne, Je M’aime, Merci. »

  20. Merci Brigette pour cet éclairage complémentaire. j’apprécie aussi beaucoup HO OPONOPONO dont je me sers pour ma méditation et dans mes accompagnements.

  21. Djoumana mimiya dit :

    Bonsoir Mr LAGNEAU

    Merci de m’avoir répondue et merci pour votre empathie! Pour le deuil, je me rapproche lentement de l’avant dernière. Je rebondis malgré la blessure qui est profonde, je reprends ma vie en dépit de ce que j’ai vécu avec mon ex-conjoint manipulateur pervers narcissique!! …la torture morale, le dénigrement, les mensonges , la trahison , la tromperie .., la terreur qui heureusement pour moi n’a duré que 17 mois! car j’ai réussi avec l’aide de Dieu à dire NON au bourreau, j’ai réussi à ..me sauver! car la vie m’appelait.
    Alors, pour le moment, je ne peux pardonner mais peut-être plus tard lorsque j’aurai trouvé un sens à ma blessure…
    Bonne et heureuse année 2015… Paix et Sérénité.

  22. Envoyé par Dhaou TANFORI via LinkedIn :

    « Bonjour,
    je découvre ce que Pierre Yves est entrain de mettre à notre portée et j’invite les jeunes ambitieux, dynamiques, les élites d’aujourd’hui et de demain d’accorder un moment au « savoir pardonner » dont Pierre Yves nous parle.
    Savoir pardonner,à mon sens, est le savoir comprendre , le savoir écouter, le savoir aider, le savoir partager et donc le savoir réussir en entreprise comme à la maison.
    Je ne suis ni coach , ni psychologue, je suis un simple être humain qui a cru , il y a quelques années, que la meilleure façon d’avancer est avoir la force d éliminer tous les obstacles, mais dans un lit d hôpital et après avoir saluer la mort j’ai compris que rien ne vaut la vie avec toutes ses erreurs qui nous empêchent d’avancer. »

  23. Merci pour votre témoignage poignant et chaleureux Dhaou
    Pierre Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *