Pour vous, travailler toujours dans l’urgence, atout ou inconvénient ?

Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés ! Comment moi qui prône l’organisation, l’anticipation, la prise de recul, puis-je aimer travailler dans l’urgence ???? Tout simplement, parce que j’ai plusieurs fait l’expérience que, prise de recul et travail dans l’urgence peuvent se complèter à condition de bien se connaître et respecter certaines règles. J’ai troué cet article dans Dynamique-mag.com et j’ai souhaité le partager avec vous pour susciter des réactions, pour le plaisir du partage. Alors à vos plumes à la fin de la lecture!

 

travail dans l'urgence

 

Bien souvent confronté à la gestion de l’urgence, nous, salariés, cadres, entrepreneurs (encore plus !) devons savoir travailler avec elle sans pour autant se laisser déborder ou aliéner par cette dernière. Toujours travailler dans l’urgence s’avère alors autant un atout qu’un inconvénient. 


Entreprendre, c’est avant tout mettre en œuvre, réaliser. Le verbe résonne comme un appel à la créativité et au développement de ses projets personnels. Pourtant, la vie d’entrepreneur, si elle permet de se libérer des contraintes imposées par l’extérieur afin de se focaliser sur celles que l’on s’impose soi-même, ne se révèle pas toujours si libre de toutes contraintes. Les exigences que l’on s’impose à soi-même peuvent en effet s’avérer plus contraignantes que celles imposées par l’extérieur. Reposant sur ses seules épaules, le projet que porte l’entrepreneur peut parfois lui demander un rendement ou une productivité démesurée.

 

Que veut dire la notion d’urgence ?

Bête noire et paradoxalement moteur de notre époque, l’urgence peut rapidement s’inviter pour un oui ou pour un non dans nos vies. Reflet du temps que l’on ne voit plus passer, l’urgence met en abyme notre capacité à appréhender et à gérer ce temps qui passe et finit par nous presser. La capacité à gérer le temps renvoie par conséquent aux idées de priorités et de nécessités liées à la notion d’urgence.
D’ordre quasi vital, la nécessité commande à son tour le devoir de satisfaire un besoin qu’il provienne de la demande d’un client ou des comptes de l’entrepreneur. Comment alors, à une époque où tout semble reposer sur l’efficacité, le rendement et la productivité, faire la part des choses entre l’urgence nécessaire et l’urgence liée à quelques enjeux personnels qui peuvent bien vite envahir l’entrepreneur ? D’autant que l’urgence peut vite grignoter autant son espace temps que son espace vital, comme si l’essentielle nécessité de vivre devenait alors secondaire…

 

Quand le travail dans l’urgence devient une drogue

Envahi par son désir de réussir à tout prix à mettre en œuvre son projet, l’entrepreneur peut parfois avoir des difficultés à s’extraire de l’urgence et en venir à tout traiter comme une urgence. S’effectuant alors au prix du sacrifice de sa vie personnelle pour sa vie professionnelle, le travail dans l’urgence risque bien vite, dans ses conditions, de devenir pour l’entrepreneur un inconvénient bien réel, prompt à faire passer au second plan d’autres nécessités peut-être plus essentielles encore, comme son bien-être, sa santé, son sommeil et la proximité avec ses proches.
Submergé par la multitude des tâches et des enjeux qu’il s’impose, l’entrepreneur se verra dans ce cas devenir en quelque sorte addict au travail dans l’urgence au risque de s’oublier lui-même et d’en oublier ses priorités quotidiennes. Dans ces conditions, ce sont également les projets que l’entrepreneur mène de front qui risquent de pâtir de la situation et d’un cruel manque de recul. La nécessité pour l’entrepreneur d’accepter de se reposer et de prendre du recul s’imposera dès lors comme une évidence afin qu’il ne devienne pas l’esclave du travail dans l’urgence.


La gestion de l’urgence, un atout prisé de nos jours

Cependant, avant qu’il ne se transforme en une sorte de drogue, le travail dans l’urgence peut néanmoins représenter un puissant moteur et un atout majeur pour gérer des situations délicates sans tomber dans le découragement ou la panique. Souvent synonyme de productivité, la capacité à travailler dans l’urgence peut s’avérer de nos jours assez prisée et représenter un atout recherché par le client ou les entreprises.
Résistance au stress, fiabilité, motivation et respect des délais peuvent en effet pour le client rimer avec capacité à travailler dans l’urgence. Il est bien connu que les personnes qui ont tendance à la procrastination sont souvent les plus motivées par leur travail. Selon cette perspective, le travail dans l’urgence représentera alors un atout synonyme de motivation, d’ambition et de capacité à relever des défis.
Trouver un juste milieu entre la passion parfois envahissante du travail, à même de devenir en lui-même une urgence, et le recul nécessaire à la réalisation autant personnelle que professionnelle s’avère donc un enjeu de taille dans la vie professionnelle.


Il existe  une solution !

La « supervision » est un moyen, à travers l’Accompagnement Opérationnel. Subtil mélange entre la bienveillance et l’exigence (cadre de l’intervention), c’est l’offre que je vous propose à travers mes 3 formules Parenthèse Respiration – Parenthèse Exploration et Parenthèse Destination Destination en respectant bien évideemment vos contraintes et votre rythme. Qu’en pensez-vous ? Et si nous en parlions lors d’un premier Rendez-vous ?

 

supervision

6 réponses à “Pour vous, travailler toujours dans l’urgence, atout ou inconvénient ?”

  1. Raccurt dit :

    Je me demande si de temps en temps les scripteurs ne devraient redescendre sur terre, imaginer qu’ils ont les pieds dans la glaise, qu’ils devraient agir au plus près du terrain plutôt que de pérorer du haut de leur tribune. Un peu d’opérationnel de grâce ! Il n’y a pas de choses urgentes, seulement des choses en retard….Et si on commençait par ranger les choses dans l’ordre où elles doivent être exécuter, si on les distribuait entre les opérateurs, si on les suivait sur un tableau de bord….

    • Merci Pierre pour votre nouveau commentaire ! Puis je vous suggérer une piste de réflexion ? Vous connaissez la célèbre phrase sur l’art et la critique ? Et si vous vous vous mettiez à écrire , Vous avez un joli style, la plume facile, une grande expérience. nous serions tous très heureux de suivre les conseils issus de votre expérience. Pour mon humble personne, je ne fais que retranscrre ce que j’ai vu sur le terrain en suivant les différentes équipes que j’ai accompagnées et tout comme vous, je fuis les « donneurs de leçons ». très belle journée Pierre
      Pierre Yves

  2. Claude Monnier dit :

    Travailler dans l’urgence, le maître mot, savoir gérer son stress……pour moi, le travail dans l’urgence est source de stress et contreproductif. Je trouve effectivement que le travail dans l’urgence montre avant tout un manque d’organisation et quand ce manque d’organisation vient de la direction, il fait dysfonctionner et stresser tous les salariés. La gestion des risques psychosociaux passe aussi par l’organisation du travail au niveau hiérarchique le plus élevé….

    • Merci Claude pour votre patage. je ne peux pas m’empêcher de partager avec vous ce proverbe japonais « Le poisson commence toujours à pourrir par la tête » …. c’est dire si l’instance managériale a de lourdes responsabilités qu’elle n’assume pas toujours, je suis d’accord avec vous. Néanmoins j’ai aussi envie de vous parler succinctement de la parabole du colibri qui répond au roi de la jungle « je fais ma part » quand il lutte, avec son bec, contre l’incendie qui ravage la brousse.. Aussi chacun de nous peut agir, avec ses propres moyens; et ce sont des pistes de réflexion que j’évoque lors de mes accompagnements. Qu’en pensez-vous ?

      Je vous souhaite une très beau weekend Claude
      Pierre Yves

  3. Fadel Inji dit :

    Ce sujet est super important. Un vrai problème affronté et vécu par tout ceux qui sont soucieux de perfection , j’estime que je suis l’un d’eux.
    Travailler dans l’urgence c’est pour moi le moment ou ma créativité et ma productivité jaillissent et très souvent d’une façon efficace . Je peux même avouer que j’aime le travail d’urgence c’est pour moi l’autre facette du défi.
    D’autre part, ça des influences peu aimées de la part de ma famille ce qui me met en un véritable stress mais aussi me lance dans un autre défi celui de contrôler la situation . Et oui . l’urgence m’inspire me fait bouger me fatigue mais pour moi c’est un atout.

    • Merci à vous Inji Fadel (je ne sais pas quel est votre prénom, je ne veux donc pas vous offenser !).
      Oui chacun voit midi à sa porte et il est des instants où travailler dans l’urgence est source de créativité. Tout est une question de personnalité… de façon de se comporter. Faut il encore garder une certaine mesure et comprendre que tout ne peut et ne doit pas être traité dans l’urgence. Enfin, cela est mon poit de vue..; Une décision prise dans l’urgence peut être tout aussi nocive que constructive… fautil encore pendant un « très court » instant » prendre le recul et décider de décider mainteannt ou de réfléchir un peu plus. Qu’en pensez-vous ?

      Belle fin de journée
      Pierre Yves

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *